[Zéro déchet] Habitude #2: se constituer un kit « courses »

Autant j’avais introduit les lingettes réutilisables pour remplacer l’essuie-tout depuis des années (voir habitude #1), autant le kit « courses » est une nouveauté 2017. Ou plutôt un kit que j’ai démarré fin 2016, pour le compléter en fonction de mes besoins réels lors de mes courses « Zéro Déchet » (ou presque). Parce qu’on a beau avoir les meilleures intentions du monde, si on arrive devant le commerçant sans ses contenants, on repart soit les mains vides, soit avec du papier dans le meilleur des cas, ou du plastique dans le pire des cas. Que mettre dans son kit « courses »?

Un kit courses léger et compact, toujours accessible, pour des courses impromptues
  • Un grand cabas solide: vous en avez forcément chez vous! J’aime beaucoup mon sac Téléthon, dont l’anse est suffisamment grande pour le porter sur l’épaule. Ou mon Sac à Sardines La Belle Iloise. Mais ça peut être aussi n’importe quel cabas publicitaire qu’on vous a refilé. Essayez d’en garder un en permanence dans votre voiture et/ou dans votre chariot de course.
  • Un sac à pain ou sac en tissu assez grand. N’ayant pas encore de sac à pain, c’est le Tote Bag de Claire-Sophie Pissenlit qui me sert pour y mettre mon pain pour la semaine (que je congèle en arrivant à la maison). Pas besoin d’investir, vous avez forcément reçu un sac de ce type: ouvrez vos placards. Et sinon, on en trouve de la marque Ah Table, pour un prix assez modique, d’un format pratique pour y enfourner nos 6 baguettes, ou plusieurs gros pains, voire plus.
  • Des sacs à vrac de différents formats, pour les fruits et légumes (plus grands) et pour les légumineuses, céréales, fruits secs et oléagineux. Le meilleur rapport qualité-prix trouvé, ce sont les sacs de la marque Ah Table en coton bio tout fin (du coup les grands ne pèsent que 10gr ce qui est pas mal aussi si vous ne pouvez pas effectuer de tare en caisse). On en trouve d’autres très beaux avec de jolies couleurs sur Internet, mais dans ce cas prévoir un budget plus conséquent.
  • Un ou deux sacs filets (ceux de votre Mamie,je vous dis, ils reviennent à la mode), pratiques pour les achats plus lourds: les 2 kilos de patates ou de pommes, par exemple, qui feraient immanquablement craquer vos sacs à vracs. Ils coûtent quelques euros seulement, on en trouve par exemple ici.

Je garde un kit de base dans mon sac à main avec 1 tote bag + 3/4 sacs à vracs + 1 sac filet pour les achats impromptus. Si vous savez coudre, pas besoin d’investir!

Un kit courses plus complet, pour les jours de marché

Un peu plus lourds ou encombrants, à garder dans la voiture ou dans un chariot à roulettes (oui, j’assume) par exemple, à l’intérieur d’un cabas solide:

  • Un assortiment de quelques bocaux et / ou tupperware en verre , pour les jours où vous prévoyez d’acheter farine, sucre, fromage ou viande.
  • Des emballages réutilisables à la cire d’abeille pour emballer les fromages.
  • Des boîtes d’œufs vide.
  • Un kit de base.

S’il vous reste des tupperware en plastique encore en état, ne les jetez pas mais utilisez les pour les courses, ça permet de se trimbaler moins de poids qu’avez le verre. Si le contact avec le plastique vous chiffonne, vous pourrez toujours transférer vos aliments dans des récipients en verre en rentrant de course.

Expliquer sa démarche

Une fois équipé, le 2ème pas, et pas des moindres, est d’expliquer aux commerçants notre démarche. Le boulanger dégaine souvent le sac en papier avant même que je ne puisse prononcer un mot, pareil pour le maraîcher. Ceci dit il m’a repérée. Après qu’un jeune qui me servait me faisait remarquer que les panais plein de terre allaient tâcher mes sacs en tissus (enfin ils sont lavables), le patron m’a gratifié d’un « ah oui, vous c’est les sacs en tissus ». La vendeuse de la boulangerie m’a félicitée de ma démarche. Et j’utilise mes sacs en tissu aussi pour protéger un livre acheté chez le libraire ou tout autre achat, à la place du sac fourni par le commerçant.

En revanche, pour le fromage et les viandes, il faut parfois vaincre davantage de réticences (y compris les siennes et oser demander). Je n’ai par exemple pas toujours sous la main les bons formats de contenants selon les fromages, ou certains sont déjà emballés (camembert, par exemple). J’ai donc fini la dernière fois avec les papiers autour des fromages, faute de bocal assez grand, mais sans le sac qui emballe le tout. Si le boucher est tout à fait prêt à utiliser votre bocal, c’est plus compliqué lorsqu’on achète un colis de viande à un producteur. Les morceaux sont séparés par type dans des sachets sous vide, difficilement évitable. Un mal pour un bien: dans ces cas là, on rémunère directement un producteur, le plus souvent local.

Sortez équipés!

Au début, vous allez oublier de prendre votre kit course. Vous allez aussi oublier de dégainer votre sac en tissu, votre produit sera déjà emballé dans un papier. Ca m’est arrivé plus d’une fois. Ce n’est pas grave, on se le note mentalement, on ne culpabilise pas, et on fait mieux la fois suivante!

2
4 Commentaires
  • Jennifer
    mars 10, 2017

    Cet article tombe à pic !
    Hier matin ma boulangère m’a gratifiée d’un « Merci pour la planète » quand j’ai décliné le sac en papier, ça fait drôlement plaisir de ne pas passer pour la folle de service 😉
    Et ce matin, super coïncidence, je me rends pour la première fois dans une boutique de vrac / locale de ma ville que je voulais découvrir depuis longtemps… et ils étaient là, les sacs à vrac « Ah table ! ». Aussitôt achetés, ainsi que des gourdes à compote Squiz. Les utilisez-vous ?

    • Erika
      mars 10, 2017

      Pour les compotes, j’ai deux gourdes Béaba que je m’étais procuré de longue date, et je les utilise quand j’ai besoin. Mais au final on a bien diminué la nécessité de recourir à des compotes en gourde. Mes 3 grands mangent volontiers des fruits coupés, et de la compote avec une vraie cuillère à la maison. Je ressortirai probablement plus fréquemment la gourde Béaba dans quelques mois avec ma 4ème. Ceci dit, j’ai vu d’autres Mamans utiliser la gourde Squiz, ce qui me semble pas mal, c’est son volume plus grand qu’une compote en gourde du commerce (avalée en 3 sec!).

  • Sabine
    mars 14, 2017

    Les beeswrap pour les fromages ça marche bien.
    Je reutilise aussi les pots de crème fraîche pour la crème chez le fromager

    • Erika
      mars 27, 2017

      Ça me rappelle que j’ai un sachet de cire d’abeille qui m’attend pour que je fabrique mes bees wrap (ceux que j’ai achetés commencent à fatiguer).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *