[Zéro déchet] ou presque: en route pour 2017!

Nouvelle année, nouvelles résolutions (ou pas), ou plutôt que ces résolutions qu’on lâche au premier échec, un cap, un objectif. Les fêtes de fin d’année sont souvent l’occasion de m’interroger sur notre mode de vie d’une manière générale. Cela fait 2 ans et demi que je suis rentrée de Singapour où nous avons passé 9 années absolument formidables. Mais j’ai aussi quitté un pays où le shopping et le matérialisme sont rois, où mon empreinte carbone était démente (nous n’allions pas rentrer en France à dos de cheval, ou partir en vacances à pied, l’inconvénient de vivre dans un état insulaire à l’autre bout de la planète), où consommer local revenait à faire un régime des plus stricts car la plupart des denrées sont importées, et suremballées de surcroît. Le tri des poubelles était inexistant (jusqu’en 2014 en tout cas). Les couches lavables de mon 2ème c’était de la gnognotte à côté. Les mentalités évoluent, mais c’est très lent.

Produits non transformés-bio-local-de saison

Avec le retour en France, nous avons sans trop d’efforts, avec notre mode de consommation produits non transformés-bio-local-de saison & pas mal de vrac, les systèmes déjà en place (tri des poubelles qui existent chez nous par exemple), les vacances sans prendre l’avion (voire même des vacances itinérantes à vélo!), l’impression d’avoir fait un immense bon en avant. Forcément, nous partions de très très loin. Mais pourtant… quand je vois le volume de poubelles que nous descendons chaque semaine, je m’interroge justement sur les quelques efforts supplémentaires que nous pourrions faire pour réduire davantage notre impact environnemental. Et à Noël, je n’ai pu m’empêcher de réagir en voyant la montagne de papiers cadeaux jetés: tu passes 3 soirées à les emballer à la sauvette dont une bonne heure le 24 au soir quand les loustics sont au lit, ils sont dépiautés en 5min chrono, et à la poubelle à peine plus tard. Et de constater le manque de place dans la chambre des enfants pour ranger les nouveaux jouets. Et pourtant, avec nos repas de Noël et Nouvel An maison bio-local-de saison (euh sauf la bûche aux fruits exotiques), et sans vaisselle jetable, nous avons probablement fait mieux que la moyenne française.

Plus loin avec le (presque) zéro déchet

A Noël, deux cadeaux zéro déchet m’attendaient sous le sapin: une belle gourde isotherme en inox de la marque Gaspajoe, et le livre Famille presque Zéro Déchet Ze Guide (livre que j’ai aussi offert par ailleurs). La première me permettra de remplacer ma gourde plastique et m’accompagnera comme la précédente au bureau et dans mes déplacements pour éviter d’acheter des bouteilles jetables. Le second, je l’ai déjà dévoré quasi intégralement, va me booster dans ma quête du presque zéro déchet. Un livre que je vous conseille de lire de tout urgence car:

  • réaliste: la famille en question est presque zéro déchet, a toujours des poubelles, immensément réduites certes (les miennes à côté c’est un container 20 pieds), mais j’avoue que le zéro déchet à la Béa Johnson, que je suivais il y a quelques années, m’avait profondément découragée (avec son bocal Le Parfait de 1L représentant ses déchets annuels, et sa maison au look aseptisé). Bref, là, on peut s’imaginer y arriver, en prenant le taureau par les cornes en suivant les conseils de la famille Pichon-Moret.
  • plein d’humour et d’illustrations rigolotes: du coup ça se lit tout seul.
  • divisé en chapitre sur chaque aspect de la vie quotidienne: les courses, la cuisine, l’hygiène, les cosmétiques, les enfants, les fêtes, la maison, puis en « actions » pour chacun de ces domaines. Du coup, on peut adopter la méthode des « petits pas », se fixer une nouvelle action par semaine, quinzaine ou mois selon son objectif: ce sera toujours mieux que rien!
  • concret: on vous liste le matériel nécessaire, les recettes des produits d’entretien ou cosmétiques, et tout est étayé par des chiffres et des sources!

Noël est passé, mais n’hésitez pas à vous offrir ou offrir cet ouvrage ainsi que le deuxième volume sorti plus récemment: Les Zenfants presque Zéro Dechet – Ze Mission! (à partir de 8 ans). Voir sur le blog Famille Zéro Déchet.

Des axes de progrès chez nous & des astuces à venir (histoire de se motiver mutuellement!)

Quand je tire un rapide bilan de l’année écoulée, je vois deux grosses sources de déchets chez nous: les bouteilles de lait & les déchets organiques (réflexion sur les systèmes de compostage… en appartement). Ce ne sont pas les seules évidemment, mais les plus importantes! En 2017, j’ai la ferme intention d’améliorer mon bilan « déchet », et de vous livrer mes trucs « zéro déchet » en cuisine, au fur et à mesure des mes avancées! Et forcément, j’aimerais avoir vos retours d’expérience, histoire de s’encourager sur ce chemin. L’idée n’est pas de se dire aujourd’hui: bon je balance tout mon plastique, mon papier alu, mon liquide vaisselle, etc, mais d’introduire une habitude à la fois. Mon rouleau de film étirable est terminé? Plutôt que d’en racheter, que puis-je faire? Le dernier paquet de compotes en gourde arrive sur la fin? Et si on se mettait à la compote maison avec des contenants durables? etc. Un à la fois. Faut tenir sur la durée, hein! Ça sert à rien si c’est pour laisser tomber dans une semaine!

2017, objectif (presque) zéro déchet, vous me suivez?

5
7 Commentaires
  • Jennifer
    janvier 10, 2017

    J’aimerais suivre… mais j’ai peur de laisser tomber au premier tracas. J’ai lu le livre de Béa Jonhson, trop pour moi, à part me faire culpabiliser… Mais ce livre a l’air intéressant !
    Je vais suivre votre démarrage avec intérêt et qui sait ?
    Chez nous on composte (dans le jardin), je fais attention aux emballages mais la poubelle bleue se remplit quand même…
    Quant à l’analyse sur les papiers cadeaux, je vous rejoins complètement. L’an prochain ce sera emballage tissu, je ne peux plus voir ces rouleaux, d’autant que mes paquets sont toujours super mal faits ;-))

    • Erika
      janvier 11, 2017

      Je crois que pour ne pas se décourager, il faut vraiment y aller progressivement, en changeant une habitude à la fois. En tout cas c’est ce que je vais essayer de faire, car si je fais tout en même temps, je sais que je ne vais pas tenir sur la durée!
      Ce livre est top, car en plus de nous aider en donnant des idées concrètes, on voit le cheminement de cette famille, craquages compris (genre le déj au Macdo avec les enfants dont les déchets sont équivalents à la poubelle mensuelle).

  • Emma Biz Biz
    janvier 11, 2017

    Évidemment que je te suis, en quittant la Bretagne, nous en étions à 1 poubelle par mois, grande fierté familiale !
    Un petit lombricomposteur dans ta cuisine devrait plaire à tes garçons.
    De ma petite expérience, le plus long est de prendre le temps d’expliquer sa démarche aux commerçants afin qu’ils ne soient pas surpris quand on leur tend nos boites.
    J’attends ton feedback en février & en attendant gros becs à vous 6…

    • Erika
      janvier 12, 2017

      D’accord avec toi! Je me suis déjà fait remarquer avec mes sacs en tissu au marché:
       » les panais sont terreux, ça va salir votre sac » -> c’est pas grave!
      et il faut que je dégaine mes sacs en tissu plus vite que les sacs en papier (quand c’est pas du plastique): « ah oui, vous c »est les sacs en tissu ». 😀
      Prochaine étape: venir avec mes contenants en verre pour le fromage, la viande.

    • Erika
      janvier 29, 2017

      Lombricomposteur commandé samedi. On va attendre le retour de vacances pour se procurer les vers et démarrer doucement mi-février.

  • ID49
    janvier 27, 2017

    Tous mes encouragements pour cette démarche…Avec toute votre petite famille, le travail et tout et tout, il faut effectivement y aller tranquillement par étape.
    J’en suis au même niveau de réflexion quand à la démarche , les conseils seront donc les bienvenus. En avant pour l’aventure et bonne année 2017.
    Isabelle

    • Erika
      janvier 29, 2017

      Merci Isabelle, à très bientôt sur le blog!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *