Bio, local, de saison, ne mélangeons pas tout!

J’entends régulièrement beaucoup de confusion derrière certains termes: bio, local et tutti quanti. Balayons quelques idées reçues:

Un produit BIO est a priori SAIN mais pas forcément de SAISON

Un produit bio est cultivé sans OGM et pesticides de synthèse, se veut respectueux des sols et du bien-être des animaux. Quand vous achetez des carottes bio ou un poulet bio: OUI, ce produit BIO est sain. En revanche, un biscuit industriel BIO comprendra certes de la farine, des œufs et du sucre BIO (vous n’ingérerez pas de pesticides de synthèse), mais pourra être bourré de sucre, par exemple. Et oui, on trouve des nuggets BIO plein de gras BIO et autres joyeusetés. De même vous pourrez trouver des courgettes ou tomates BIO (espagnoles pour ne pas les citer) en janvier, NON, ce n’est pas de saison.

Un produit BIO n’est pas forcément ECOLOGIQUE

Je me répète, on trouve des courgettes et des tomates bio cultivées sous serre chauffée en hiver ou encore des poivrons bio venant d’Amérique du Sud où je ne sais où. BIO ne signifie pas écologique!

MAIS un produit BIO est sans pesticides de synthèse et sans OGM, et donc à privilégier s’il est local & de saison!

Un produit LOCAL est a priori ECOLOGIQUE, de SAISON, soutient l’emploi local, mais il n’est pas forcément BIO.

C’est le produit qui a presque tout bon: il vient de votre région, va le plus souvent être distribué en circuit court (càd en vente directe producteur -> consommateur, ou avec au maximum un intermédiaire), va contribuer à l’emploi de votre région. Il peut être bio, mais pas forcément. Mais l’avantage, c’est que vu que le produit est local, le producteur est accessible, et il sera plus aisé d’obtenir des informations sur son mode de production!

En devenant LOCAVORE, vous devrez changez vos habitudes de consommation:

100% locavore? Exit le thé, le café, le chocolat, les agrumes et le piment d’Espelette si vous habitez dans la moitié nord de la France, la plupart des poissons si vous habitez l’extrême Est de la France. N’en oublions pas le PLAISIR de bien manger. Ne visons donc pas le 100% local, mais plutôt de se poser les questions suivantes avant de choisir ses produits:

  • Le produit que je souhaite acheter est-il de saison? La question Number 1! Un produit hors-saison a juste tout faux, à commencer par l’empreinte écologique.
  • Le produit que je souhaite acheter est-il disponible localement?
  • Si oui, est-il bio, ou issu de l’agriculture raisonnée? S’il est local et que j’ai la possibilité de discuter avec le producteur, peut-il me renseigner sur la méthode de production? On ne va pas forcément poser la question à chaque fois, mais en achetant local on remet l’humain au centre de l’achat. Ça peut-être l’occasion de visiter une ferme avec les enfants, par exemple. Puis quand vous avez le producteur en face de vous et que vous le regardez dans les yeux, vous sentirez probablement l’amour du travail bien fait et de sa terre (ou ses bêtes). Si le produit local est issu de l’agriculture bio ou raisonnée, je le privilégie au produit bio venu de loin.
  • Si le produit local n’est ni bio ni raisonné, je privilégie le produit bio quand c’est possible (mais une fois de temps en temps, je n’en fais pas tout un plat d’acheter du non bio).
  • Si le produit n’est pas disponible localement parce que par exemple on ne trouve pas de chocolat ou de comté en Ile-de-France, je privilégie un produit de bonne qualité gustative, sachant qu’il s’agit là de consommation 100% plaisir.

La conclusion de tout ça? BIO & LOCAL! (et produits non transformés)

Posez-vous des questions, soyez curieux, regardez les origines des produits, révisez les saisons et cherchez les trésors de produits locaux dans votre région.

Mon aîné de 5 ans: « Maman, ça n’est pas la saison des fraises.

– Ah, tu as vu ça à l’école?

– Non Maman, j’ai remarqué que tu n’achetais pas de fraises et j’ai réfléchi, j’ai pensé qu’il n’y avait pas de fraises en ce moment.

– Alors qu’il y a t’il en ce moment?

– Des pommes… des kiwis » (instant de réflexion) « des noix… des oranges. Maman est-ce qu’il y a des choux romanesco en ce moment? » (mes enfants font une fixette sur le chou romanesco qu’ils adorent et trouvent rigolo).

Forcément on a que ces fruits là à la maison en ce moment. Mettez-vous au diapason des saisons, c’est contagieux!

Notes:

Les visuels proviennent de la campagne « Bio & Local, c’est l’idéal » de la GAB Ile-de-France. L’intégralité se trouve ici.

Un article à lire absolument, la tribune de Libération du 2 mars 2016  « Vous reprendrez bien un peu de bromopylate? »

0

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *